CdC du Perche Gouet
3 r Félix Lejars

28160 UNVERRE

tel : 02 37 97 30 57
fax : 02 37 97 32 68
cdc.perchegouet@wanadoo.fr


 
La commission aménagement de l’espace et du cadre de vie

Espace Galerie Chapelle Saint Marc

L’Office de Tourisme Intercommunal du Perche-Gouet est situé dans la chapelle Saint-Marc et une partie de l’ancien l’Hôtel-Dieu attenant. Cet ensemble comprend la chapelle proprement dite aménagée en espace d’accueil ainsi que deux salles d’exposition. Tous les mois une exposition différente est présentée au public, c’est ainsi que l’espace galerie accueille régulièrement des artistes dans tous les domaines artistiques (peinture, sculpture, photographie..) mais aussi des expositions portant sur l’histoire locale ou d’autres sujets culturels.

Office de Tourisme Intercommunal du Perche-Gouet
Rue de la Chevalerie
28160 Brou
Tél 02 37 47 01 12
otsi.brou.28@wanadoo.fr

Ouvert du mardi au samedi de 10h à 12h et de 15h à 18h, fermé le jeudi matin


Programme des expositions 2016

 

Janvier 2016   Association Aquarelle en Perche (aquarelle)

Natures mortes, compositions florales ou encore paysages, ce sont une cinquantaine de peintures à l'aquarelle réalisées par Monique Tessier Hergaut et ses élèves qui sont présentées au public. L’association broutaine Aquarelle en Perche a été fondée en 2012, elle est présidée par Monique Tessier Hergaut qui a commencé l’aquarelle en 1992 et qui propose des cours d’aquarelle humide, technique dans laquelle on humidifie d'abord le support avant de commencer à peindre.

Février 2016   Françoise Groux - Loisirs créatifs (broderie)

   

Mars 2016   Salon peintres du Perche-Gouet (professionnels et amateurs)

Avril 2016   Edith Clément (peinture)

Mai 2016   Laurent Rousselle (sculture) & Carole TOULY (peinture)

       

Juin 2016   Ecoles de la Communauté de Communes (exposition sur les couleurs)

Juillet 2016  Anne Lehoullier & Dany Dufour (Exposition de peintures et céramiques)

      

Août 2016   Jean-Pierre Faurie (exposition 4 facettes-28)

Septembre 2016  Colette et Thierry Cense / Willy Proust (photos)

      

Octobre 2016   Patrick Lodwitz (Peinture)

    

Novembre 2016   Claudie Giméno (Peinture)

    

Décembre 2016   Rétrospective des expositions de l'année

 

 


Rétrospective des expositions 2015

 

Janvier 2015   Association Aquarelle en Perche (aquarelle)

Natures mortes, compositions florales ou encore paysages, ce sont 54 peintures à l'aquarelle réalisées par Monique Tessier Hergaut et ses élèves qui sont présentées au public pendant une semaine du 24 au 31 janvier. L’association broutaine Aquarelle en Perche a été fondée en 2012, elle est présidée par Monique Tessier Hergaut qui a commencé l’aquarelle en 1992 et qui propose des cours d’aquarelle humide, technique dans laquelle on humidifie d'abord le support avant de commencer à peindre. L'association propose également des stages d'initiation et des ateliers.

Février 2015   Gérard Servais (peinture à l'huile et aquarelle) et Guy Jorry (sculpture)

                

Dans sa jeunesse Gérard Servais fut tout d’abord attiré par la photographie avant de s’intéresser à la peinture qu’il délaissera finalement pendant de nombreuses années avant de reprendre les pinceaux au début des années 1990. Commença alors pour lui une seconde période picturale dans laquelle il se référa à ses premières toiles d’un œil critique afin de s’améliorer. Il n’a depuis plus cessé de peindre. Sa peinture repose sur des touches de couleur vives puisqu’il n’apprécie que peu les couleurs grises et sombres. L’artiste est imprégné de styles modernes et contemporains, il apprécie l’impressionnisme, le fauvisme ou encore le cubisme ainsi que des aquarellistes contemporains comme Cao Bei-An, David Taylor et Viktoria Prischedko. Gérard Servais pratique d’ailleurs lui-même l’aquarelle mais aussi la peinture à l’huile et l‘acrylique et s’est déjà essayé aux peintures murales, fresques et aux décors de théâtre. Ses œuvres ont déjà été exposées dans diverses salles des fêtes et centres culturels en Eure-et-Loir. Gérard Servais est de plus un artiste aux multiples facettes puisqu’il est également attiré par l’écriture et le théâtre.

Guy Jorry est un chaudronnier tôlier de formation qui réalise de magnifiques sculptures en métal à partir de vieux outils et de pièces métalliques récupérés auprès de particuliers. Il a commencé la sculpture sur son temps libre lorsqu’il travaillait en tant qu’agent de Chartres Métropole et il peut désormais se consacrer entièrement à sa passion depuis qu’il est à la retraite. Il ne dessine pas ses projets mais assemble ses œuvres naturellement grâce à son sens des formes et de l’équilibre, chaque pièce métallique connaît alors une seconde vie, une cisaille devient ainsi le corps d’un personnage ou une hache forme la robe d’une dame. Guy Jorry crée ainsi des objets décoratifs mais aussi parfois utilitaires comme des lampes ou des horloges. Il a eu l’occasion d’exposer plusieurs fois ses sculptures sur l’agglomération chartraine.

Mars 2015   Eric Montigny (calligraphie)

Eric Montigny découvre la calligraphie au début des années 1980 lors d’un séjour en Angleterre. La passion pour cet art le prend et de retour en France il s’attèle à réunir de nombreux ouvrages traitant du sujet. Il entame alors de longues recherches sur les techniques d’écriture, les recettes d’encre et les méthodes pour préparer les supports. Il mène également des recherches sur les positions à adopter pour calligraphier, mais plutôt que les positions plus classiques assis face à un pupitre incliné ou une surface horizontale c’est la position agenouillée qui a sa préférence depuis qu’il l’a découverte sur une ancienne gravure japonaise. Expert reconnu par de nombreux prix, il a notamment été lauréat d’un concours international de calligraphie à Igny (essonne) en 1994. Il maîtrise la calligraphie, l'enluminure et la chrysographie qui est l'art d'écrire avec des lettres d'or.

Eric Montigny exerce en tant que calligraphe enlumineur professionnel, intervenant notamment au sein des musées et des établissements scolaires. Il dispense également des formations professionnelles et anime des conférences sur la calligraphie et son histoire ainsi que sur la symbolique iconographique médiévale occidentale. Plusieurs reportages télévisuels lui ont été consacrés et il a collaboré à la réalisation de plusieurs films documentaires. Il travaille également sur l’étude de la calligraphie associée à la relaxation. En 2006 est publié son premier livre La Calligraphie simplement, un ouvrage d’apprentissage de la calligraphie pas à pas richement illustré. Un second ouvrage d’apprentissage La Calligraphie Créative est sorti en 2007. Plus récemment il a présenté une exposition sur l’écriture bien particulière des moines faussaires de l’ordre de Tiron.

Avril 2015   Kamal Lahbabi (céramique)

Kamal Lahbabi vit et travaille dans le Perche. Architecte devenu maître-céramiste par passion, il a présenté depuis 1982 de nombreuses expositions de céramiques à travers le monde (Paris, Provence, Grande Bretagne, Etats-Unis, Belgique, Maroc). Kamal Lahbabi a également réalisé des reproductions de céramiques des XVIe, XVIIe et XIXe siècles pour la Réunion Des Musées Nationaux de France. Avec Kamal Lahbabi,  le céramiste n’est plus seulement un artisan reproduisant des motifs quasi immuables, mais un artiste à part entière capable de produire des œuvres particulièrement originales, c’est ainsi qu’il réalise d’étonnantes représentations de vêtements et de robes en céramique.

Mai 2015   Ecoles de la Communauté de Communes (exposition)

Les élèves de l'école maternelle du Chat Perché de Brou, de l'école élémentaire Jules Verne de Brou et de la classe de CE1 de l'école de Yèvres proposent une exposition mêlant dessins et arts plastiques sur le thème des voyages autour du monde. Les enfants vous invitent au voyage à travers des œuvres évoquant les moyens de transport (véhicules, avions, navires, cartes routières) ou des paysages, lieux et symboles de différentes parties du globe. Les œuvres présentées nous emmènent ainsi en Afrique au milieu de la savane, de masques africains et de représentations des doudous et des boubous, en Asie avec les estampes japonaises ainsi que les poupées et les lanternes chinoises, en Amérique du Nord avec les Indiens d’Amérique et également chez nous en Europe avec les célèbres monuments que sont la Tour Eiffel, Big Ben ou encore le Parthénon. Les visiteurs suivront également les pérégrinations de Solo qui effectue un tour du monde des côtes et des cours d’eau de la planète.

Certaines œuvres s’inspirent également de photographies de paysages (désert égyptien, fjord norvégien, cité de Carcassonne) retravaillées à la façon d’artistes renommés tels Piet Mondrian, Jean Dubuffet, Keith Haring ou Victor Vasarely.

Juin 2015   Françoise Guillemain (aquarelle)

Françoise Guillemain est originaire de la Mayenne et vit actuellement à Noisy-le-Grand en région parisienne. Elle se consacre à l’aquarelle à temps plein depuis 2007 tandis qu'elle partageait précédemment son temps entre ses activités artistiques et sa profession d’éducatrice spécialisée. Elle participe à de nombreuses expositions en région parisienne mais également en province et c'est actuellement du côté sur Perche qu'elle expose puisque sa passion pour les paysages naturels l’a amené à représenter les magnifiques paysages percherons. Françoise Guillemain expose ainsi à Brou ses Aquarelles du Perche après les avoir présentées au musée de Nogent-le-Rotrou et à La Galerie de Mortagne-au-Perche.

L’artiste explique qu’elle a toujours travaillé à l’aquarelle mais en la traitant comme l’huile ou l’acrylique, en recherchant des effets de matière. Le rendu de l’eau est également très important pour celle qui fut membre de l’Ecole des Bords de Marne de 1992 à 1998.

Françoise Guillemain a également réalisé deux ouvrages, un recueil d’aquarelles sur la forêt de Fontainebleau publié en 2007 ainsi qu’un recueil d’aquarelles réalisées entre le Maine et le Perche publié en 2010.

Juillet 2015   Joëlle Deroubaix (sculpture)

Joëlle Deroubaix vit et travaille dans la petite commune de Vieuvicq près de Brou où elle tient un atelier ouvert au public sur rendez-vous. Le jardin y est peuplé d’êtres imaginaires sculptés par l’artiste elle-même.

Diplômée des Beaux-Arts de Bourges en 1973, l’artiste a remporté de nombreuses récompenses depuis les années 1980. Elle a récemment exposé aux Jardins de Pongirard dans l’Orne (2011), à l’Abbaye de Saint-Benoît près de Poitiers (2009), à la galerie Lodziac de Carcassonne (2007) ou encore aux Jardins de l’Abbaye de Thiron-Gardais (2005). Dans sa démarche créatrice, Joëlle Deroubaix utilise des terres aux propriétés différentes choisies avec soin suivant l'œuvre à réaliser. Elle utilise trois familles de terres différentes : les terres cuites rouges ou noires, les grès et plus récemment les terres réfractaires.

Cette exposition à la Chapelle Saint-Marc constitue une sorte de rétrospective de l’histoire qu’entretient l’artiste avec la céramique. Joëlle Deroubaix a tout d’abord commencé à travailler des formes fossilisées avant de tenter des recherches sur des tubes ou des formes végétales, son travail a ensuite marqué un virage en 1990 lorsqu’elle s’est dirigée vers la statuaire par la réalisation de nombreux masques, bustes et personnages. Elle marie désormais les formes et les personnages de manière à revenir à ses premières amours.

Août 2015   Catherine Vigier (peinture)

Catherine Vigier est une artiste qui vit entre la région parisienne et le Perche mais c’est son enfance passée en Centrafrique qui lui a permis nous dit-elle d’acquérir une certaine pluralité culturelle. Celle qui se voit comme une conteuse considère que sa peinture raconte l’histoire de l’humanité et des hommes à travers leurs portraits, leurs croyances, leurs rêves. Elle s’attache donc à peindre ce qui a fait et ce qui fait l’humanité, d’où elle vient et comment elle se comporte en bien ou en mal.

Cette artiste autodidacte, institutrice de formation, a d’abord commencé comme pastelliste avant de s’essayer à diverses techniques. Elle utilise désormais des techniques mixtes pouvant mélanger encre de Chine, pastel, acrylique, pigments, vernis ou encore collage, ce qui permet de donner à ses œuvres des couleurs vives et éclatantes. Les supports varient eux aussi : papier, toile, carton. Catherine Vigier aime tant diversifier ses talents qu’elle se produit également en spectacle vivant depuis 2010.

Septembre 2015   Photo Club Dunois (photographie)

Le Photo Club Dunois réunit de nombreux passionnés locaux de photographie. Il constitue un réseau de convivialité, d’échange et de partage de compétences qui permet à chaque adhérent de progresser dans son domaine à travers différentes manifestations, séances d’ateliers, prises de vues collectives ou encore sorties sur le terrain. La photographie y est abordée sous toutes ses formes y compris les plus modernes comme le traitement numérique des clichés par ordinateur.

Le club expose régulièrement des sélections de photographies selon des thèmes définis ou en fonction des spécialités développées par ses membres. Cette exposition du mois de septembre à Brou permet à une douzaine de membres du club de présenter au public des photographies d’animaux divisées en trois catégories : les mammifères, les oiseaux et les insectes. Ces photos, prises principalement dans la région, nous montrent des animaux pris au dépourvu dans la plus totale discrétion par des photographes qui ont parfois attendu des heures avant de prendre leur meilleur cliché

Octobre 2015   Christian Vassort (peinture)

Christian Vassort a d’abord entrepris des études d’architecture avant de suivre les cours de l’Institut d’Arts Visuels d’Orléans dans les années 1970. Le peintre expose régulièrement ses œuvres partout en France et il a également illustré de nombreux ouvrages pour enfants ainsi que deux petits ouvrages de poésie de la comédienne et conteuse Carole Bruna parus récemment.

Le travail de l’artiste est caractérisé par les gros bonhommes qui peuplent ses créations. Il s’agit de personnages rondouillards peints dans un style décalé, disproportionnés comme gonflés à l’hélium, burlesques et joufflus, qui ont la particularité de ne jamais sourire même dans les scènes les plus festives. Le peintre aime en effet déformer ses personnages afin qu’ils prennent plus d’importance au milieu de ses compositions, des toiles riches en détails desquelles émane une atmosphère originale parsemée d’un peu de nostalgie et de beaucoup de poésie. Le spectateur peut ainsi voir défiler de nombreuses émotions au travers de ces contes fabuleux et l’auteur tient d’ailleurs toujours à ce que chacun d’entre nous puisse se forger sa propre interprétation de ses toiles.

Christian Vassort travaille essentiellement sur du bois enduit qui donne à ses œuvres un certain grain particulier. Il utilise des peintures acryliques et maîtrise la technique du glacis mais surtout il apprécie particulièrement le travail des éclairages en insistant sur les contrastes grâce à des jeux d’ombres de de lumières.

Novembre 2015   Le Livre en Perche (expositions et journée Rencontre & Dédicace)

La Communauté de Communes du Perche-Gouet et les Bibliothèques Intercommunales organisent Le Livre en Perche au mois de novembre 2015. La chapelle Saint-Marc accueillera dans ce cadre deux expositions du 03 au 28 novembre (Le roman de l'écriture du 03 au 14 novembre et Carnet de Voyage du 17 au 28 novembre) ainsi qu'une journée Rencontre & Dédicace le samedi 07 novembre de 10h00 à 18h00 durant laquelle le public pourra rencontrer 16 auteurs liés au Perche, découvrir leur travail et faire dédicacer leurs ouvrages. Vous trouverez ci-dessous une présentation de chacun des 16 auteurs.

Jacques Hantonne

Jacques Hantonne a tout d’abord été cascadeur dans le monde du cheval pendant 30 ans aussi bien pour le cinéma, la télévision que dans de nombreux spectacles équestres. Il a ensuite été créateur de spectacles « son et lumière » dans le Perche, qu’il scénarisait et mettait lui-même en scène et il est désormais écrivain. Installé dans le Perche à Feings depuis 1989 Jacques Hantonne est un artiste aux multiples facettes qui nous dévoile en effet depuis quelques années ses talents de romancier bien qu’il participait déjà à l’écriture de scènes d’action lors de sa carrière de cascadeur équestre. Sa passion pour les chevaux se retrouve dans chacun de ses livres, qu’il s’agisse de son premier roman Loup de Boiscordes, Chevalier du Perche, qui narre le récit d’un jeune écuyer percheron ramenant des croisades un magnifique cheval oriental, de sa trilogie dont le personnage central est une femme, percheronne d’adoption née en Nouvelle France au XVIIIe siècle, (La Percheronne, Les Chevaux de l’Indépendance et un troisième ouvrage à paraître) ou qu’il s’agisse de son autobiographie Kessel, cheval de Frime, écrite du point de vue de son cheval et qui nous fait plonger dans les coulisses de ses tournages et de ses spectacles.

Christophe Aubert

Christophe Aubert est un photographe amateur passionné depuis l’enfance par la nature et la photographie animalière qui réside dans le Perche. Il aime parcourir les chemins de randonnée de sa région et capturer les instants rares et précieux lorsque la faune se découvre enfin au milieu des somptueux paysages percherons. Son premier ouvrage Silence, à l’écoute de la faune sauvage du Perche, est un magnifique livre illustré de photographies saisissantes sur cette faune sauvage du Perche. L’auteur, très attaché à sa région, souhaite ainsi en promouvoir toute sa richesse et faire prendre conscience de l’importance de préserver cette fragile biodiversité.

Sabine Ballery

Sabine Ballery est l’auteur de trois petits livres pour enfants réalisés et édités en Eure-et-Loir. Il s’agit d’une série de petits livres chatoyants pour les enfants accompagnés de petits jeux où il faut retrouver des animaux dans les dessins. Dans Jojo fait son numéro, un petit singe rigolo va rencontrer de petits animaux de la forêt dans l’univers du cirque. Souricette n’en fait qu’à sa tête, nous permet de découvrir une petite souris espiègle qui n’écoute jamais ses parents et préfère aller découvrir le monde. Barnabé se trouve laid nous raconte l’histoire d’un gentil crapaud qui vit heureux auprès de ses amis jusqu’au jour où il voit son reflet dans l’eau. Sabine Ballery a été infirmière pendant 19 ans avant de souffrir de graves problèmes de vue, elle est désormais administratrice de l’association Retina France qui se bat contre les maladies de la vue et 1€ sur la vente de chacun de ses ouvrages est reversé à cette association.                                       

Laurence de Calan

Journaliste, photographe et écrivain, Laurence de Calan passa une grande partie de son enfance dans le Perche avant de revenir y restaurer une maison près de Bellême où désormais elle vit et travaille. Correspondante pour le magazine Côté Ouest, rédactrice d’un journal local, elle est l’auteur du beau livre Presbytères du Perche publié par les Amis du Perche et d’un ouvrage de contes Récits mémorables à l’ombre des manoirs du Perche. Elle vient également de lancer une collection illustrée consacrée à l’art et la création dans le Perche d’aujourd’hui La Muse du Perche dont elle présentera et dédicacera les premiers numéros.                                           

Julien Cendres

Julien Cendres est un écrivain qui vit depuis une vingtaine d’années dans le petit village percheron de La Perrière auquel son dynamisme est parvenu à redonner vie. Son parcours est celui d’un artiste ouvert, aimant s’impliquer dans la vie locale, attaché aux rencontres et à la liberté d’expressions. Amoureux du Perche, il s’implique au Parc Naturel Régional et à l’Ecomusée du Perche, il se consacre ainsi passionnément à la sauvegarde du patrimoine percheron, qu’il soit culturel architectural ou paysager ainsi qu’à le sauvegarde de la technique de broderie du filet perlé avec la créatrice Chantal Thomass au sein de la Maison du Filet à La Perrière. L’auteur est également très impliqué dans la vie artistique locale par sa fonction de vice-président de l’Hôtel des Arts de Rémalard. Mais Julien Cendres est un artiste avant tout, auteur d’ouvrages poétiques et contemplatifs. Il a notamment écrit A la splendeur abandonné, Le désert de Retz, paysage choisi & Le Pays de Perche ainsi que deux ouvrages sur Raymond Radiguet, l’auteur des deux ouvrages Le Diable au corps et Le Bal du comte d'Orgel.                             

Eric Chesneau  

Eric Chesneau a d’abord été journaliste de presse écrite pendant 20 ans avant que sa passion pour le livre ne le pousse à devenir bouquiniste mais aussi écrivain depuis le début des années 2000 avec la sortie de son premier ouvrage La tombe du Prussien, un polar rural sorti en 2002 dans lequel un petit village d’Eure-et-Loir se retrouve au milieu d’événements violents liés à une ancienne bataille de la guerre de 1870. Son goût du mystère et du fantastique, mais aussi de l'histoire locale, influe fortement sur ses écrits. L’auteur vit dans le Thymerais en Eure-et-Loir, une région naturelle à cheval sur le Perche, membre du collectif d'auteurs d'Eure-et-Loir IBIDEM, auteur de romans, contes, nouvelles et chansons il a également participé à l'écriture du livre de Patrick Cointepoix, Tours et détours en Eure-et-Loir et l’une de ses nouvelles figure dans le recueil Contes et Légendes d'Eure-et-Loir. Eric Chesneau est avant tout un auteur de roman policier et d’enquêtes mystérieuses comme l’attestent Calvaires, un polar ésotérique qui entraîne le lecteur au cœur d'une malédiction millénaire et Aberfan project, la prophétie de Chartres, un thriller ésotérique et fantastique dans lequel un mystérieux tueur sévit à Chartres au cœur d'une conspiration planétaire, un journaliste tente alors de résoudre l’énigme, des rives de la Mer Morte en passant par Rome, le Thymerais et Paris. Eric Chesneau est également l'auteur d'un roman jeunesse intitulé L'Enfant du Vitrail, une histoire fantastique qui se déroule entre le XXIe siècle et le Moyen Age dans laquelle une adolescente se lance sur les traces d’un maître verrier accusé de sorcellerie.                          

Denis Guillemin

Né à Nogent-le-Rotrou, Denis Guillemin appartient à une famille installée dans le Perche depuis 400 ans. Après une licence en histoire et archéologie à l'Université François Rabelais de Tours et un diplôme au Centre d'Etudes Supérieures de la Renaissance, Denis Guillemin intègre une école de communication et entreprend un DEA à l'Université Paris IV Sorbonne, en vue de préparer un Doctorat. Collaborateur à Beaux-Arts Magazine, rédacteur en chef adjoint de la revue Grand Tour, puis consultant culturel, il est à présent directeur du Parc Naturel Régional du Perche. Egalement vice-président des Amis du Perche d'Eure-et-Loir, Denis Guillemin est l'auteur de nombreux articles sur l'histoire du Perche.  Il a par ailleurs écrit un livre sur les Jardins du Perche (1998) et Thiron, abbaye médiévale (1999). En qualité d'historien, il a collaboré à la rédaction de nombreux ouvrages (Guide Gallimard Eure-et-Loir, Dictionnaire des monuments de Paris & Dictionnaire des monuments d'île de France aux éditions Hervas).                             

Roger Judenne

Roger Judenne est né à Gellainville près de Chartres,  il a grandi à la campagne du temps où les fermes correspondaient à ce que notre imagination appelle une ferme, c’est-à-dire au contact de la nature, des animaux et des saisons.  Après des études de lettres il devient enseignant et fait toute sa carrière en Eure-et-Loir. Parallèlement, il exerce une activité de romancier et publie des romans pour la jeunesse et des romans du terroir depuis plus de 35 ans. C’est dans ses racines rurales qu’il puise régulièrement afin d’écrire ses romans qui font si bien revivre les gens d’autrefois. Sa mère était originaire du village de Saint-Eliph près de La Loupe et c’est donc tout naturellement qu’il a situé La Petite Suzanne, son dernier roman, dans ce coin du Perche. Un roman dans lequel, Suzanne, une petite fille de l’Assistance publique est prise en nourrice par Rosine, une mère de famille attendant le retour de son mari grièvement blessé à la guerre. A la mort du nourrisson Rosine choisit de substituer sa fille à Suzanne afin de toucher une indispensable pension. Les années passent mais l’imposture sera-t-elle découverte ? D’autant que sa fille légitime désormais considérée comme pupille de la Nation risque maintenant d’être mise à l’adoption. Roger Judenne présentera également son prochain roman Cinq vieilles dames claquemurées dans la cathédrale, dans lequel cinq dames âgées se retrouvent propriétaires de la cathédrale de Chartres après la découverte d’anciens actes de propriété. Elles se retranchent alors dans l’édifice et personne ne sait ce qu’elles projettent de faire de leur nouveau bien.                             

Philippe Lipchitz

Philippe Lipchitz a des origines russes et polonaises, né de parents qui ont connu les périodes troubles du début du XXe siècle, peut-être est-ce cela qui l’a amené à venir vivre en Eure-et-Loir pour y trouver le calme et la sérénité. Le Perche est souvent présent dans ses ouvrages et figure même au cœur de deux ses titres, dans Chroniques rurales de notre temps, une vaste saga sur le monde rural de la première moitié du XXe siècle, l’une des trois familles centrales du roman est une famille percheronne tandis que dans Quand pourtant le bonheur était là, son dernier roman publié au début de l’été, l’action se situe à Nogent-le-Rotrou et ses environs, bien que cela ne soit jamais mentionné.

Alain Loison

Ecrivain depuis une vingtaine d’années, Alain Loison a d’abord commencé par écrire six enquêtes policières mettant en scène l’inspecteur Sourbet avant de s’intéresser plus particulièrement à l’histoire locale. Depuis 2012 il se consacre à l’histoire du département d’Eure-et-Loir à travers 3 ouvrages présentant de nombreux événements historiques locaux peu connus ou tombés dans l’oubli mais pourtant liés à la grande Histoire (Les Mystères d’Eure-et-Loir, Les Grands Evénements d’Eure-et-Loir de 1900 à nos Jours et son tout dernier ouvrage Les Nouveaux Mystères d’Eure-et-Loir.) De nombreux événements historiques figurant parmi ces récits sont survenus dans le Perche tels le châtiment d’un profanateur de Brou, le récit d’innocents guillotinés pendant la Révolution à la Ferté-Vidame et Châteauneuf-en-Thymerais, l’exil d’un calife algérien à Nogent-le-Rotrou en 1842, l’incroyable destin d’une descendante de Jean Racine née à la Bazoche-Gouet ou encore les légendes du gros chêne de La Loupe. L’auteur connaît d’ailleurs très bien le Perche puisqu’avant de s’installer à Chartres il a vécu quinze ans dans l’Orne et qu’il sillonnait fréquemment les routes du Perche eurélien et du Perche sarthois. La beauté des paysages du Perche constitue donc naturellement pour lui une puissante source d’inspiration.

Homayoun Minoui

Né à Téhéran, et fils de diplomate, Homayoun Minoui accompagne ses parents en France dans les années 1950 avant de décider de s’y fixer pour effectuer ses études d’abord en tant que lycéen puis en tant qu’étudiant en architecture à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts. Après avoir obtenu son doctorat d’urbanisme il participe à la construction de l’hippodrome d’Evry puis fonde la société Arfact qui deviendra un des plus grands groupes français de communication et de publicité. Homayoun Minoui est également un amoureux du Perche puisqu’il a fait restaurer une belle bâtisse du XVIe siècle à Rémalard afin d’y créer l’un des plus importants centres artistiques et culturels de la région : l’Hôtel des Arts, consacré aux auteurs contemporains du Perche. Il, le déRaciné, son roman autobiographique, dépeint l’adolescence en France d’un jeune expatrié iranien suivant son père diplomate et qui découvre alors un univers différent du sien et en vient à l’aimer au point de ne plus vouloir le quitter. Cet ouvrage évoque les moments forts d’une vie, ceux qui peuvent faire basculer notre destin et nous faire prendre des décisions qui changeront le reste de notre existence, comme le choix de l’exil.

Julie Oginski-Mironneau

Julie Oginski-Mironneau qui a été bibliothécaire à Saint-Lubin-des-Joncherets près de Dreux apprécie bien évidemment les livres et la lecture mais elle est également passionnée par la création d’objets de décoration originaux en tissus. Celle qui fourmille d'imagination et d'originalité a même été régulièrement contactée par le magazine Prima Maison pour enrichir ses rubriques de décoration. Cette artiste nous fait partager ses créations à travers plusieurs ouvrages permettant de refaire ses modèles. Tout en Liberty, son premier livre propose de confectionner de petits objets décoratifs, accessoires de modes ou encore bijoux en Liberty, un coton anglais au toucher très agréable. Rock’n  Roll Factory, son second ouvrage propose une vingtaine de modèles à coudre et à broder sur le thème du rock'n roll. Les bricolages des garçons, 80 idées et créations rigolotes propose des créations pour les garçons de 6 à 12 ans : cabanes, périscopes, jeux d’adresse ou encore déguisements, Papier mâché, aborde ce matériau de construction astucieux tandis que son dernier livre Un monde fou en tricotin permet de découvrir la technique du tricotin manuel ou mécanique en réalisant plus de 25 modèles amusants.

 

Frédéric Parra

Agrégé d’espagnol enseignant dans la banlieue de Chartres, Frédéric Parra a tout d’abord écrit une suite de deux romans policiers, Avant l’aube une étoile et Les conjurés de l’aube, premier et second tome d’un dytique intitulé Le Secret des Carnutes. Un inspecteur taciturne et misanthrope y enquête sur une série de meurtres sur fond d’énigmes liées à la franc-maçonnerie et doit accepter l’aide d’un astrologue, d’une étudiante italienne et d’une immigrée argentine afin de résoudre cette affaire mystérieuse. Frédéric Parra a également écrit plusieurs nouvelles publiées dans différentes revues autour de thèmes divers tels que l’amour, la guerre, le corps, l’école… Son dernier ouvrages est un roman pour la jeunesse dans la veine du Magicien d’Oz intitulé Eliott et la malédiction du berger-sorcier, adressé aux enfants de 7-8 ans et dans lequel le personnage principal, Eliot, doit s’aventurer dans un étrange royaume peuplé de sombres créatures pour y défier un sorcier et sa magie noire. Les trois romans de Frédéric Parra ont la particularité de tous se dérouler à Chartres et dans ses environs

Jean-Claude Ponçon

Fils d’instituteur de campagne, Jean-Claude Ponçon ne fut pourtant pas l’élève studieux qu’on attendait de lui, il préférait en effet fuguer dans les champs et dans les bois et quitta même le foyer familial à 17 ans. Il suivit alors de façon anarchique les cours de l’école de Notariat de Paris et ceux de l’école du Louvre avant d’être appelé en Algérie puis il entra à la Compagnie Générale des Eaux, ce qui lui permit de rencontrer Alphonse Boudard (prix de l’Académie Française et Prix Renaudot) qui l’encouragea à écrire ses premiers ouvrages Le Hauts du Loir et Mercelot d’Adélaïde. Auteur désormais de 24 ouvrages et de l’adaptation cinématographique de l’un d’entre d’eux, ses écrits relatent avec passion la vie à la campagne ou plutôt celle des campagnards, Jean-Claude Ponçon est ainsi capable de décrire le monde présent ou passé de nos provinces avec une ironie douce-amère qui fait de lui un écrivain à part dans la littérature de terroir. C’est un auteur qui aime la terre et ses mythes comme il nous le montre dans ses Contes et Légendes de la Beauce et du Dunois.  Ses derniers ouvrages évoquent des thèmes variés, Blé Dur, blé tendre, nous conte une histoire agricole où l’amour de la terre conduit à des rebondissements imprévus, Alt128 et les grandes oreilles, est quant à lui un roman d’espionnage gravitant autour d’écoutes internationales au cœur de la Sologne, La République des Animaux, est un petit livre dans lequel un chien parle à l’oreille de son maître dans un récit ironique et tendre sur les animaux qui nous entourent, Histoires à dormir debout qui vient de paraître est peut-être plus extraordinaire puisqu’il s’agit d’un délire littéraire comme seul l’auteur en a le secret. Sans oublier la 4ème édition de son roman La Braconne, qu’il a lui-même adapté pour le cinéma en 1996, une histoire de braconnage sur fond de querelles de famille et de village au lendemain de la Grande Guerre.

David Ramolet

David Ramolet a grandi entre les terres beauceronnes et les vallons percherons. Enfant rêveur devenu adulte décalé il a d’abord été auteur-compositeur-interprète pendant 20 ans avec son actif des centaines de chansons dont beaucoup évoquent les personnages truculents de sa jeunesse. C’est à Unverre, dans le Perche-Gouet, que l’auteur a passé son enfance et son adolescence comme il le raconte si bien : « Toute ma vie, je resterai attaché au Perche et plus particulièrement à Unverre puisque j’y ai vécu de sept à vingt ans. Mon école, mon église, ma campagne… Je me suis  construit dans ce monde rural, j’ai grandi au cœur de cet univers aux saveurs délicieuses…mes rêves  avaient ce territoire  pour décor et mes personnages avaient l’âme de ses habitants. Je n’ai rien oublié de mes aventures dans le lavoir des Moulins d’Unverre, de mes bêtises et de mes peurs de môme,  de mes jeux avec les copains et plus tard de mon apprentissage d’amoureux naïf aux Pont Neu’.  J’ai, avec le temps, oublié les douleurs de la vie qui auraient pu me faire haïr ce coin de terre. Je n’ai gardé que l’essentiel et je dois à ce territoire le plus délicieux des souvenirs : celui de retrouver si facilement mes origines affectives ».  Désormais écrivain il a publié plusieurs ouvrages depuis le milieu des années 2000 : Histoires de chansons, présentant 16 chansons et autant d’histoires, Si j’aurai su, dans lequel un homme de 40 ans décide de revenir dans sa Beauce natale afin de retrouver ses racines et son enfance oubliée pour pouvoir dépasser ses doutes et ses souffrances et se construire un nouveau présent, Les ombres de Craonne, le récit de Simon, jeune romancier qui se laisse envahir par le personnage de l’un de ses romans jusqu’à ce qu’il ne sache plus qui il est lui-même, Da la Sciure dans les Veines, dans lequel un autiste de 30 ans se lie d’amitié avec une prostituée, deux exclus qui vont parvenir à s’échapper de leur sombre quotidien et se construire une vie meilleure dans l’univers du cirque, enfin Emmène-moi là-bas, qui raconte les souvenirs d’un homme qui s’est longtemps obstiné à effacer sa mémoire dans le seul but d’exister mais qui finit par s’apercevoir qu’il ne peut quitter ce monde sans témoigner de l’enfer gravé au fond de lui depuis la période trouble de la guerre.

Valérian Venet

Valérian Venet a tout d’abord travaillé dans le secteur agro-alimentaire avant d’intégrer l’Education nationale tout en collaborant parallèlement à des revues d’histoire et d’archéologie. Mais il est également scénariste et dessinateur de bandes dessinés puisqu’il est l’auteur de la BD Le Trésor de Botiville et co-scénariste  de certains tomes de la série Kid Paddle / Game Over. Il est également illustrateur de livres de pour enfants et notamment des livres de Sabine Ballery mais aussi écrivain depuis la parution de son premier roman Douleur angevine, un roman policier dans lequel un personnage manquant de repères vient s’installer dans un petit village du Saumurois afin de mener une existence plus sereine avant de se retrouver finalement entrainé dans une aventure pleine de rebondissements au risque de retomber dans ses anciens travers.

 

Décembre 2015   Gismonde Curiace (peinture)

Gismonde Curiace a tout d’abord obtenu une licence d'Arts Plastiques avant de devenir illustratrice de 1999 à 2009, notamment pour des ouvrages documentaires tels que le Larousse des poissons, le Larousse des champignons ou encore Les grands travaux des animaux. Au début des années 2000 elle découvre le trompe-l’œil de chevalet à travers l'œuvre de Jaques Poirier, l'artiste est tout de suite conquise par cet art se jouant de notre perception des choses. Elle commence alors par réaliser une série d'aquarelles inspirées des anciens cabinets de curiosités avant de finalement prendre la décision d'abandonner l'illustration pour se consacrer entièrement à la peinture. L'artiste réalise désormais ses œuvres à la peinture à l'huile sur bois, technique la plus complète selon elle pour réaliser ces trompe-l’œil. Gismonde Curiace cherche sans cesse à s'améliorer au fil de ses réalisations et ses sources d'inspiration puisent dans la nature et les objets souvent abîmés qu’elle accumule au fil du temps, pour leur forme, leur matière et l'histoire qu'ils lui racontent.

 


Rétrospective des expositions 2014

 

 Décembre 2014   Marie-Louis Barbier (œuvres en dentelle de papier)

Avec la participation de Catherine Ballagny Pierre, artiste peintre, qui présentera ses aquarelles dans la petite salle d'exposition.

Marie-Louise Barbier dite Malou, originaire de Jallans, pratique depuis une dizaine d’années un art ancien et peu connu, celui de la dentelle de papier également appelé Pergamano. Elle est une des rares artistes de sa discipline à travailler avec du papier-parchemin et elle enseigne cette technique désormais presqu’oubliée en Europe dans plusieurs communes de la région.

C’est en autodidacte qu’elle a appris cet art minutieux dans lequel la réalisation d’un modèle simple comme un marque-page nécessite plusieurs heures de travail. L’artiste dessine tout d’abord un motif à l’encre de Chine  blanche sur un support puis l’embosse sur l’arrière, ce n’est pas tant le relief qui est recherché mais le fait que cette action va casser les fibres du support et permettre de créer ainsi des ombres. L’artiste peut ensuite effectuer des perforations et des découpes et éventuellement terminer par une mise en couleur. Marie-Louise Barbier réalise ainsi des tableaux, des marque-pages, des cartes postales ou encore des monogrammes de dentelles de papier permettant de décorer des abat-jours.

 Novembre 2014   Françoise Decorse (peinture)

Françoise Decorse est une peintre eurélienne installée à Charray qui a commencé à s’intéresser à l’art dès son enfance. Elle a suivi des cours au lycée avant de faire une année aux Arts-Déco à Nice puis de suivre les cours des Beaux-Arts de Tours. Elle a fréquenté de nombreux ateliers de la capitale et elle est devenue professeur en arts plastiques de la ville de Paris tout en continuant elle-même à peindre.

Alors que la précédente exposition de Françoise Decorse à Brou en 2009 avait revêtu un aspect rétrospectif, cette nouvelle exposition est consacrée &